Plantes médicinales. Secrets et remèdes d'autrefois.

Bruyère commune, Callune, brande (Calluna vulgaris, Ericacées)

 

Son nom, tiré du grec callunein " balayer,nettoyer", rappelle qu'on utilisait jadis les touffes de bruyère aux tiges raides pour la confection de balais. Mais la plante a de nombreuses autres utilités: avec ses racines on fabrique des pipes, elle a servi de matériau pour couvrir les toitures et elle possède des vertus médicinales intéressantes.

Parties utilisées: les sommités fleuries, cueillies au début de la floraison, de juillet à fin septembre,utilisées fraîches de préférence.

Propriétés médicinales: c'est la plante des voies urinaires par exellence: diurétique puissant, antiseptique et anti-inflammatoire. On l'utilise contre les systites, diverses affections des reins ou de la prostate.Par son action très diurétique, elle est également antirhumatismale.

A savoir: la bruyère cendrée (Erica cinerea) possède les mêmes vertus.

Source:Plantes médicinales. Secrets et remèdes d'autrefois.Nature pratique.www.editions-debaisieux.fr

Framboisier sauvage, Ronce du mont Ida (Rubus idaeus, Rosacées)

Faire un clic sur l'image pour l'agrandir


Si les framboises sauvages faisaient déjà le régal des hommes préhistoriques, la culture de cette ronce,qui porte le nom d'une montagne de Crête, ne remonte qu'au Moyen-Âge. De nos jours, maintes variétés aux fruits blancs, jaunes ou rouges sont cultivées et les framboises aromatisent de nombreuses préparations pharmaceutiques.

Parties utilisées: essentiellement les feuilles cueillies à la floraison.

Propriétés médicinales: les feuilles sont astringentes, toniques, diurétiques et dépuratives. Pour son action relaxante sur le muscle utérin, le framboisier est conseillé dans les trois derniers mois de grossesses et pendant l'accouchement. Les fruits, très riches en antioxydants et en acide folique, contribuent à retarder certains effets du vieillissement, dont la maladie d'Alzheimer.

 Source:Plantes médicinales. Secrets et remèdes d'autrefois. Nature pratique.www.editions-debaisieux.fr

Fraisier sauvage,capron (Fragaria vesca,Rosacées)

 

Le fraisier des bois (Fragaria vesca)


  Est une espèce de plantes herbacées vivaces de la famille des Rosaceae. C'est l'un des fraisiers sauvages les plus répandus.

C'est une espèce généralement sauvage dont les faux-fruits, les fraises des bois, sont réputés et recherchés pour leur goût fruité.

Le fraisier des bois est encore appelé « fraisier commun » ou « fraisier sauvage » mais n'a pas le monopole de ces noms. C'est aussi le « fraisier des quatre saisons », « caperon » ou « capron ».

C'est une espèce européenne, nord-américaine et Asie tropicale. Cependant, elle est naturalisée en d'autres points du globe.

Propriétés médicinales : Les feuilles, riches en tannins, silice et sels minéraux, sont très riches en vitamine C. En infusion, elles sont astringentes, diurétiques et antirhumatismales. Le rhizome séché utilisé en décoction (on met la racine dans l'eau froide que l'on fera bouillir pendant environ dix minutes) a les mêmes qualités.

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Accueil

Petite Bardane- Arctium minus (Lappa minor), Astéracées

La Bardane

 

 

Au 1er siècle déjà, Dioscoride conseillait d'appliquer la racine râpée de bardane sur les ulcères et Henri III aurait guéri d'une grave maladie de la peau par application de la plante, qui a toujours eu du succès en médecine populaire.

Parties utilisées: les feuilles cueillies au printemps et les racines récoltées au printemps de la 2ème année (de la grosseur d'un doigt),avant la floraison.Ces dernières seront lavées et coupées en rondelles avant séchage.Racines et feuilles sont plus efficaces si elles sont employées fraîches.

Propriétés médicinales: la bardane est un excellent dépuratif de la peau. Les feuilles ont une action bactéricide. Elles agissent sur l'eczéma et la séborrhée, mais aussi sur dartres, furoncles, abcès, ulcères.

D'autre usages

On peut consommer les jeunes tiges, les jeunes feuilles et les côtes des feuilles comme des cardes,ou encore les manger crues.

Source:Plantes médicinales. Secrets et remèdes d'autrefois.Nature pratique.www.editions-debaisieux.fr

Eglantier ,Rosier des chiens,poil-à-gratter (Rosa canina, Rosacées)

 L'Eglantier

 

La racine de ce rosier sauvage était censée apporter la guérison aux personnes mordues par des chiens atteints de la rare. Les véritables propriétés de celui qu'on appelle aussi "rosier des chiens" sont dues à sa richesse exectionnelle en vitamines, notamment en vitamines C,en tanins, pectines et acides organiques.

Parties utilisées: les fruits, appelés cynorrhodons, récoltés en automne, lorsqu'ils sont rouges, seront mis à sécher puis broyés. Conservez-les à l'abri de la lumière et le moins longtemps possible pour éviter la perte de vitamines C.

Propriétés médicinales: l'églantier est tonique, astringent, antidiarrhétique et diurétique.On le consomme en cure revitalisante et antifatigue.

Source:Plantes médicinales. Secrets et remèdes d'autrefois.Nature pratique.www.editions-debaisieux.fr

Pissenlit (Taraxacum officinale, Astéracées), dent de lion

  Le Pissenlit

 

Les propriétés digestives des feuilles de pissenlit sont connues depuis la fin de l'antiquité.Au début du XXème siècle, l'emploi de cette plante abondante partout a suscité une mode baptisée"taraxacothérapie".

Parties utilisées: les feuilles cueilliées au tout début de floraison et la racine déterrée au printemps, avant l'apparition des fleurs, ou à l'automne.

Propriétés médicinales: diurétique, cholagogue et dépurative, le pissenlit agit sur les troubles digestifs en facilitant les fonctions d'éléiminations  au niveau des reins et du foie, notamment en stimulant la sécrétion de la bile. Il est indiqué dans les cures de printemps, seul ou mélangé à d'autres plantes "néttoyantes", et dans le traitement des dermatoses, comme l'eczéma.

Source:Plantes médicinales. Secrets et remèdes d'autrefois.Nature pratique.www.editions-debaisieux.fr

Primevère officinale (Primalus véris,Primulacées), coucou, herbe à la paralysie

 La Primevère officinale

 

 

Au moyen âge,la plante passait pour "chasser la mélancolie", avant d'être réputée contre la paralysie de la langue et le bégaiement.Au XIX ème siècle,on lui reconnaissait une action anti-inflammatoire, mais ce n'est qu'au XXème siècle qu'elle est déclarée expectorante,principale qualité qu'on lui attribue aujourd'hui. 

Parties utilisées: les fleurs récoltées au tout début du printemps et le rhizome déterré à la fin de l'hiver.

Propriétés médicinales: grâce à la saponine qu'elle renferme, la primevère possède des propriétés fluidifiantes et expectorantes,exploitées pour traiter les affections des voies respiratoires. Elle est aussi antispasmodique, calmante, diurétique et fébrifuge.

Source:Plantes médicinales. Secrets et remèdes d'autrefois.Nature pratique.www.editions-debaisieux.fr

Ronce (Murier sauvage, Rubus fruticosus,Rosacées)

 La Ronce

 

 

Les fruits de la ronce, ou mûres, sont récoltés de longue date et on connaît depuis l'antiquité les bienfaits d'un gargarisme à la décoction de feuilles de ronce pour guérir les maux de gorge.On employait aussi la plante pour soigner les plaies et les hémorragies.

Parties utilisées: les feuilles récoltées au printemps, avant la floraison, et les fruits cueillis en fin d'été.

Propriétés médicinales: astringente, antibactérienne, dépurative et tonique, agissant notamment sur les muqueuses, la ronce permet de guérir les affections de la bouche et de la gorge.Les feuilles permettent de préparer une tisane au goût agréable, que vous pouvez aromatiser davantage en les mélangeant avec celles du framboisier ou de l'aspérule.

Source:Plantes médicinales. Secrets et remèdes d'autrefois.Nature pratique.www.editions-debaisieux.fr

Lin cultivé (Linum usitatissimum, Linacées)

La Lin

 

 

Les graines de lin sont utilisées depuis longtemps, sous forme de farine, dans le traitement des inflammations cutanées.De plus, il a été démontré qu'elles avaient un effet bénéfique sur le cancer du sein et sur celui du côlon. Le nom d'espèce usitatissimum signifie, à juste titre," très usité",le lin ayant également été très prisé dans d'autres secteurs d'activité, comme le textile.

Parties utilisées: les graines recueillies à maturité en été seront employées entières, broyées ou encore pulvérisées en farine.Elles renferment environ 40 % d'huile qui se dégrade très vite à l'air: c'est pourquoi il ne faut pas préparer la farine à l'avance car elle rancirait.

Propriétés médicinales: émollient,le lin est souverain pour la peau. Vermifuge, il a aussi des effets laxatifs.

Source:Plantes médicinales. Secrets et remèdes d'autrefois.Nature pratique.www.editions-debaisieux.fr

Houblon (Humulus lupulus, Cannabinacées) Vigne du nord

 

 

Le houblon est ciltivé depuis le VIII è siècle pour la fabrication de la bière.Il était traditionnellement recommandé contre les insomnies, dans certaines régions on bourrait les oreillers de cônes de houblon pour retrouver le sommeil paisible. On évoque aussi, à juste titre, son effet calmant sur les ardeurs sexuelles...

Parties utilisées:les "cônes" (inflorescences femelles) qui, en sèchant, développent leur saveur aromatique et amère.Ilest déconseillé de les conserver au-delà d'un an.

Propriétés médicinales:le houblon possède des propriétés sédatives et bactéricides.Il est prescrit dans les troubles du sommeil, l'anxiété et l'agitation.

D'autres usages: les jeunes pousses peuvent être ajoutées aux salades comme condiment ou consommées comme des asperges.


Source:Plantes médicinales. Secrets et remèdes d'autrefois.Nature pratique.www.editions-debaisieux.fr

Noisetier, Coudrier (Corylus avellana,Bétulacées)

 

Cet arbuste très répendu, dont on consommait déjà les fruits au Néolitique, a été préconisé pour les affections les plus diverses au cours de l'Histoire; celles d'origine circulatoire nottamment. Les rameaux flexibles du noisetier ont longtemps fournis les baguettes de sourciers.

Parties utilisées: les feuilles récoltées en juin, les chatons mâles cueillis en hiver, l'écorce des jeunes rameaux prélevée du printemps à l 'automne.

Proriétés médicinales: les feuilles constituent un bon tonic veineux et un vasoconstricteur efficace dans le traitement des varices et des troubles circulatoires. En usage externe, elles sont cicatrisantes, particulièrement en cas de dermatoses.  L'écorce, quant à elle, elle est fébrifuge, tandis que les chatons sont sédatifs.

Source:Plantes médicinales. Secrets et remèdes d'autrefois.Nature pratique.www.editions-debaisieux.fr

Pin sylvestre (Pinus sylvestris, Pinacées) pin d'Ecosse,

 

Le pin sylvestre et le pin maritime sont les deux principaux pins utilisés en phytothérapie. La résine du premier fournit la térébenthine qui sert à préparer divers baumes, utilisés notamment pour soulager les douleurs rhumatismales. Les bourgeons et les aiguilles donnent une huile essentielle utilisée dans diverses préparations pharmaceutiques.

Parties utilisées: les bourgons récoltés en avril avant qu'ils ne s'ouvrent, mis a sécher en couches minces; les aiguilles cueillies en toute saison et employées fraîches.

Propriétés médicinales: le pin sylvestre est un puissant antiseptique des voies respiratoires et urinaires. Les bourgeons sont anitussifs et expectorants. Les aiguilles qui servent à préparer une huile essentielle, soulagent les rhumatismes et les refroidissements.

Source:Plantes médicinales. Secrets et remèdes d'autrefois.Nature pratique.www.editions-debaisieux.fr

Chélidoine (Chelidonium majus, Papavéracées) Herbe aux verrues

 

 

Chélidoine vient du grec chelidôn, qui signifie "hirondelle",car la plante fleurie lorsque cet oiseau arrive chez nous au pritemps et se fane à son départ. Le suc frais, d'une belle couleur jaune,est connu pour son effet sur les verrues, mais la plante, employée pour diverses autres affections, est loin d'être inoffensive.

Parties utilisées:  la plante est récoltée l'orsque elle est en fleur.Le suc frais doit être réservé à l'usage externe;il rend la chélidoine fraîche toxique pour tout autre utilisation. Le séchage s'impose donc car il détruit le suc.

Propriétés médicinales: en taitement externe, la chélidoine fait disparaître les verrues et le psoriasis. Cholérétique, elle est aussi prescrite dans les troubles du foie et de la bile.

Ne consommez pas la plante fraîche;elle est toxique.Et n'utilisez le suc qu'en usage externe.

Source:Plantes médicinales. Secrets et remèdes d'autrefois.Nature pratique.www.editions-debaisieux.fr

Violette tricolore, pensée des champs (Viola tricolore,Violacées)

 

 

Son action bénéfique sur la peau est connue depuis le XVI è siècle.c'est sa teneur très élevée en flavonoïdes qui lui confère un tel pouvoir. Mais elle renferme aussi des saponosides qui favorisent l'élimination des toxines du foie et des reins, ainsi que de la vitamine E, réputée antioxydante.

Parties utilisées: les parties aériennes cueillies en début de floraison. Mettez-les à sécher à l'abrit de la lumière, couvertes d'un papier ou d'un tissu, pour conserver aux fleurs leurs couleurs.

Propriétés médicinales: fébrifuge, légèrement laxative, tonique, antispasmodique et anti-inflammatoire, mais surtout dépurative, c'est l'une des meilleures plantes pour traiter les maladies de la peau: eczéma, psoriasis,impétigo, dartres, herpès, acné...

Source:Plantes médicinales. Secrets et remèdes d'autrefois.Nature pratique.www.editions-debaisieux.fr

Epilobe en épi (Epilobium angustifolium, OEnothéracées) Laurier de la Saint-Antoine

 

 

 

Parmi les différentes espèces d'épilobes de notre flore, trois ont un usage médicinal: d'une part, l'épilobe en épi et l'épilobe hirsute, qui ont les mêmes propriétés; d'autre part, l'épilobe à petites fleurs, pour laquelle des études récentes laissent présager une action contre les dysfonctionnements de la prostate, courants chez les hommes d'un certain âge.

Parties utilisées: les feuilles cueillies au moment de la floraison et les racines récoltées à l'automne ou au printemps, avant floraison.

Propriétés médicinales: l'élilobe en épi est émolliente, résolutive et astringente. Elle contient un mucilage qui lui confère des propriérés adoucissantes dans le cas de gorge irritée, d'aphtes ou d'autres inflammations buccales. Elle permet aussi de lutter contre diarrhée et bronchite.

D'autre usages: en Europe du Nord, on consomme ses jeunes pousses et la moelle des jeunes tiges en salade ou en légume. Avec les feuilles, on prépare aussi une boisson qui remplace le thé. 

Source:Plantes médicinales. Secrets et remèdes d'autrefois.Nature pratique.www.editions-debaisieux.fr

Bleuet des champs (Centaurea cyanus, Astéracées) Caase lunettes

 

 

C'est seulement au XIX è siècle que l'on a commencer à utiliser le bleuet comme collyre. Autrefois très commun dans les champs de céréales, il est de nos jours victime de l'épandage de pesticides mais, par endroits il fait de la résistance.

Parties utilisées: les fleurs récoltées lorsqu'elles viennent juste de s'ouvrir.

Propriétés médicinales: légèrement astringent, anti-inflammatoire et antiprurigineux, le bleuet est utilisé comme adoucissant sur les crevasses, les écorchures, mais surtout pour soulager les inflammations des yeux, les irritations, les conjonctivites, et autres orgelets.

En usage interne, il contribue à décongestionner les voies respiratoires.

Source:Plantes médicinales. Secrets et remèdes d'autrefois.Nature pratique.www.editions-debaisieux.fr

Pavot des champs (Papaver rhoeas, Papavéracées)

 

 

Les graines de coquelicot ont été utilisées dans l'antiquité pour aromatiser les gâteaux, et les fleurs pour soigner les pleurésies. Mettant à profit son pouvoir légèrement narcotique, on mélangeait autrefois le suc de la plante à la bouillie des enfants pour les faire dormir.

Propriétés médicinales: Le coquelicot se caractérise par ses vertues apaisantes. Il est anti-tussif grâce aux mucilages à actions adoucissante qu'il renferme, et sédatif, donc conseillé contre les troubles du sommeil, la nervosité, l'anxiété.

Parties utilisées:  Les pétales cueillis de préférence en début de floraison, en mai ou juin, le plus loin possible des champs de céréales traités par les produits chimiques. Séchés à l'abri du soleil, en couche très mince, ils prennent une teinte rouge vineux.

Troubles du sommeil: Infusion à prendre le soir avant le coucher.

Source:Plantes médicinales. Secrets et remèdes d'autrefois.Nature pratique.www.editions-debaisieux.fr

Digitale pourpre (Digitalis purpurea)

 

 

Plante très commune, qui atteint 1,50 m, avec de grandes fleurs rouges en forme de dé à coudre, groupées au sommet de la tige. Clairières, talus ou bordures de bois, sur sols acides.

Les feuilles renferment de la digitaline, connue en médecine pour ralentir et régulariser les battements du coeur. A dose plus forte, le coeur s'arrête.

Source:Plantes médicinales. Secrets et remèdes d'autrefois.Nature pratique.www.editions-debaisieux.fr

Aubépine, épine blanche (Crataegus monoguna et laevigata, Rosacées)

 

L'aubépine est une plante médicinale de tout premier plan dont l'effet principal, qui se manifeste sur le coeur, n'a pourtant été démontré qu'il y a un peu plus de cent ans. Les deux espèces proposées ont les mêmes propriétés.

Parties utilisées: les fleurs cueillies en mai, lorsqu'elles sont encore en boutons et dans une moindre mesure les fruits.

Proriétés médicinales: tonicardiaque, l'aubépine régule la tension artérielle en dilatant les vaisseaux du coeur et le rythme cardiaque en abaissant la fréquence des battements. Son usage est conseillé aux personnes surmenées,anxieuses,stressées et souffrant des troubles du sommeil. Elle est encore efficace contre les troubles de la ménopause. Les fruits rouges sont dotés de propriétés diurétiques et astringentes. 

Source:Plantes médicinales. Secrets et remèdes d'autrefois.Nature pratique.www.editions-debaisieux.fr

Ortie commune (Urtica dioica, Urticacées)

 

 

Plante commune des lieux incultes dont on utilise les feuilles et les racines.
L'ortie est un excellent dépuratif les jeunes pousses sont consommées au printemps comme fortifiant ou légume. Elle est recommandée en cas rhumatismes, arrête les saignements de nez ou des plaies elle combat l'asthme, le rhume des foins et les allergies.
Egalement : Ulcère gastrique, entérite, hypoménorrhées, insuffisance hépatique, hémorragie, métrorragie, énurésie, stimulant sexuel.
Et en usage externe : Alopécie, piqûres, psoriasis, urticaire.

En infusion 250 g de feuilles fraîche pour 1/2 litre d'eau bouillante, laisser infuser 12 heures puis buvez froid.

En décoction une poignée de racines coupées pour un litre d'eau, faire bouillir 10 minutes, à boire en deux jours.

Une c à c de feuilles dans une tasse d'eau, bouillir puis infuser 10 minutes, une tasse avant chaque repas.

Le suc obtenu en écrasant la plante est un remède contre les saignements internes en prendre 50 gr à 100 gr par jour.

Trés revitalisant mélanger les feuilles coupées fins dans la salade et les crudités, se servir des feuilles sèches réduites en poudre sur les plats pendant l'hivers.

Roulez les jeunes feuilles sur elles mêmes, de façon à emprisonner la partie supérieure du limbe, et écrasez les entre vos doigts; vous pouvez alors les manger sans aucun risque. Une dizaine de feuilles donnent plus de tonus qu'une barre de céréales ...

Source: www.lepetitherboriste.net

Sureau noir(Sambucus nigra) Susier, hautbois

 

 

Le sureau à probablement accompagné l'homme tout au long de son histoire. C'est un arbre généraliste, soignant quantité de maux: rhumatismes,grippe, affections de la gorge, affections urinaires, obésité...Il entre dans la composition d'une vingtaine de spécialités pharmaceutiques. Autrefois, on employait aussi l'écorce, en usage interne pour traiter les rhumatismes.

Parties utilisées: les fleurs récoltées en pleine floraison et les baies lorsqu'elles sont bien mûres.Ces dernières peuvent être transformées en jus, en vin, sirop, confiture, compote,ou séchées et utilisées en tisane.

Propriétés médicinales: dépuratif,sudorifique,diurétique,émollient, le sureau favorise la fluidification des secrétions bronchiques

 

Source:Plantes médicinales. Secrets et remèdes d'autrefois.Nature pratique.www.editions-debaisieux.fr

Fenouille commun ou fenouille des vignes (Foeniculum vulgare, Apiacées)

  

 

Connu dans la Grèce antique, le fenouille à été répendu en Europe par les Romains. Au moyen âge, on mettait quelques graines dans les pains et les gâteaux pour faciliter la digestion. Son parfum et sa saveur atomatiques sont dus à une essence riche en anéthol, stimulante et digestive, présente surtout dans les graines.

Parties utilisées: récoltez la racine à l'automne de la première année (plantes n'ayant pas encore fleuri).

Couper la plante avant complète maturité des graines; suspendez-la pour la faire sécher et récupérer les graines.

Propriétés médicinales: les graines, carminatives et digestives, combattent notamment l'aérophagie. La racine à des vertues diurétiques et dépuratives.

N'abusez pas des graines de fenouille qui peuvent être toxiques à haute dose.

Source:Plantes médicinales. Secrets et remèdes d'autrefois.Nature pratique.www.editions-debaisieux.fr

Millepertuis commun Herbe de la St Jean (Hypericum perforatum) Hypéricacées

 

 

Utilisation médicinale : Les extraits et préparations phytothérapiquesmillepertuis », utilisés dans le traitement de certaines dépressions et de troubles de l'humeur, sont également tirés exclusivement de l'espèce Hypericum perforatum. Quelques autres représentants du genre Hypericum peuvent localement être employés dans le domaine de la santé mais la plupart des espèces de millepertuis ne connaissent aucun usage médical. connus et commercialisés sous le nom de « 

Le millepertuis perforé (Hypericum perforatum) est utilisé en médecine depuis plus de 2400 ans, notamment sous la forme d'huile rouge. La préparation consiste en la macération des sommités florales récoltées durant l'été dans de l'huile d'olive. Il suffit de laisser la bouteille au soleil durant 3 semaines le temps que l'huile se colore. Cette coloration est dûe à L'Hypericine, pigment rouge aux propriétés anti-inflammatoires, cicatrisantes et antalgiques. Ses vertus sont reconnues et extrèmement efficaces. Son action photosensibilisante ne permet malheureusement pas son application avant une exposition de la partie traitée au soleil.

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Accueil

Aigremoine eupatoire (Agrimonia eupatoria, Rosacées) thé des bois

 

 

Si, dans l'antiquité,l'aigremoine était recommandée contre le venin de serpent et les troubles de la vision, c'est Pline l'Ancien qui a souligné ses vertues bienfaisantes sur le foie.

Elle a tenue une place importante dans la pharmacopée pendant des siècles; on en faisait de nombreux baumes et onguents. Délaissée à la fin du Moyen Age, elle a gardé, à juste titre,la réputation de clarifier la voix des chanteurs et des acteurs.

Parties utilisées:les sommités fleuries et les feuilles récoltées en été, puis mises à sécher.

Propriétés médicinales:astringente, anti-inflammatoire, duirétique,vulnéraire et résolutive, l'aigremoine soulage les enrouements et autres maux de gorge, et permet de lutter contre les affections du foie.

 Source:Plantes médicinales. Secrets et remèdes d'autrefois.Nature pratique.www.editions-debaisieux.fr

Plantain lancéolé (Plantago lanceolata,Plantaginacées)

 

 

Les propriétés du plantain sont connus depuis les temps les plus anciens, aussi bien en usage interne qu'externe. Son nom provient du fait que les feuilles ont la forme de la plante du pied d'une espèce proche, le plantain majeur.

Parties utilisés; les feuilles récoltées du printemps à la floraison, que l'on emploie fraîches si possible ou séchées rapidement si l'on veut éviter qu'elles prennent une couleur brune, peu engageante en infusion.

Proriétés médicinales: astringent et anti-inflammatoire, antibactérien et antitussif, le plantain exerce surtout son action sur le système respiratoire; bronches, larynx,pharynx... En usage externe, il est prescrit pour calmer les piqûres d'insectes et traiter les irritations des yeux.

Source:Plantes médicinales. Secrets et remèdes d'autrefois.Nature pratique.www.editions-debaisieux.fr

 

La boîte à secrets des PLANTES

 MEDICINALES - LAROUSSE

 L'objectif de ce coffret (livret et cartes) est d'informer toute personne désireuse de mieux comprendre les vertus des plantes   médicinales, mais il ne peut se substituer à un avis médical.

 Les auteurs et l'éditeur déclinent toute responsabilité concernant l'utilisation des plantes présentées dans ce cofret.

Lexique des propriétés médicinales

Adoucissant : apaise l’irritation, l’inflammation 

Analgésique, antalgique : diminue la douleur 

Antibactérien : tue les bactéries

Antidépresseur : diminue les manifestations de la dépression nerveuse

Anti-diarrhéique : combat et arrête la diarrhée 

Anti-hémorragique : empêche le saignement en resserrant les vaisseaux ou en favorisant la coagulation

Anti-inflammatoire : réduit les inflammations 

Antioxydant : réduit les dommages causés par l’oxydation des cellules de l’organisme, important dans le phénomène du vieillissement

Antiprurigineux : combat les démangeaisons 

Antirhumatismal : combat les douleurs des rhumatismes 

Antiseptique : anti-infectieux : tue les bactéries et empêche leur développement 

Antiscorbutique : combat le scorbut par la vitamine C 

Antispasmodique : calme les crampes 

Antisudoral : calme les crampes 

Antitussif : arrête la toux 

Apéritif : ouvre et augmente l’appétit 

Astringent : resserre et raffermit les tissus 

Bactéricide : tue les bactéries 

Carminatif : favorise l’expulsion des gaz intestinaux 

Cholagogue : favorise l’évacuation de la bile dans la vésicule 

Cholérique : active la production de la bile

Cicatrisant : accélère la cicatrisation des plaies

Décongestionnant : favorise l’élimination et l’excès de sang ou désengorge un organe

Dépuratif : purifie le sang en favorisant l’élimination des déchets de l’organisme

Détersif : nettoie la peau ou une plaie

Digestif : facilite la digestion

Diurétique : active l’élimination de l’urine

Emménagogue : régularise et facilite les règles

Emollient : diminue l’inflammation de la peau et des muqueuses irritées

Expectorant : provoque l’expulsion des sécrétions pulmonaires

Fébrifuge : combat la fièvre

Fluidifiant : rend plus fluide les sécrétions bronchiques

Hémostatique : arrête les saignements

Hypertensif : augmente la pression sanguine

Hypnotique : provoque le sommeil

Hypoglycémiant : abaisse le taux de sucre dans le sang

Hypotensif, hypotenseur : fait baisser la pression sanguine

Laxatif : accélère le transit intestinal

Pectoral : efficace contre la toux et les inflammations des vies respiratoires

Reminéralisant : apporte des sels minéraux

Résolutif : fait résorber les engorgements et les inflammations

Sédatif : calme l’activité nerveuse, les états d’excitation

Stimulant : excite les fonctions d’éveil, d’activité nerveuse et musculaire

Stomachique : active la digestion

Sudorifique : augmente la transpiration

Tonicardiaque : tonifie le muscle du cœur et améliore son fonctionnement

Tonique : stimule la vigueur de l’organisme en reconstituant ses forces

Tonique-amer : fait saliver et stimule les sécrétions des sucs digestifs

Vasoconstricteur : resserre les vaisseaux sanguins par contraction musculaire

Vermifuge : détruit ou expulse les vers de l’intestin

Vulnéraire : contribue à guérir les plaies et les contusions

 

Ail (Allium savitum)

L’ail

Il est surtout un remarquable condiment. Il illustre parfaitement le célèbre précepte d’Hippocrate : « Que ton aliment soit ton remède »


Constituants

Le bulbe renferme des glucides, des saponosides, des vitamines et des minéraux ainsi qu’une essence aromatique riche en composés soufrés, dont l’allinine.

 

Usages

De nos jours, on reconnaît surtout à l’ail de remarquables propriétés hypotensives. Il stimule le cœur, facilite la circulation et fluidifie le sang :son extrait est d’ailleurs largement utilisé dans les médicaments modernes contre la tension. L’ail est préconisé contre l’artériosclérose et pour faire baisser le taux de cholestérol.

Ses propriétés antiseptiques, bactéricides et expectorantes incontestables en font non seulement un agent contre les maladies contagieuses, mais un excellent curatif des bronchites, grippes,infections respiratoires saisonnières. L’ail réduit la glycémie.

C’est aussi un excellent vermifuge, très utile contre les ascaris et les oxyures.

 

Utilisation interne

L’ail s’utilise frais, en poudre ou sous forme de gélules, de comprimés et de perles contenants de l’huile d’ail. En dehors de son utilisation dans l’alimentation, on peut confectionner les préparations suivantes.

Décoction : 2 ou 3 gousses écrasées, bouillies dans un verre d’eau ou de lait. Sirop ; faire bouillir50g d’ail dans un verre d’eau. Filtrer, ajouter 50g de sucre. Prendre 2 ou 3 cuillerées à soupe par jour.

 

Sources : La boîte à secrets des PLANTES MEDICINALES - LAROUSSE

CAROTTE (Daucus carota)

La carotte

Elle semble être notre légume national depuis l’Antiquité, puisque Pline l’appelait déjà pastinaca gallica  c'est-à-dire « racine des Gaulois »

Constituants

La racine renferme des glucides, de la pectine,des minéraux,des vitamines et de l’asparagine.

Les feuilles contiennent du falcarinol. Les fruits renferment des flavonoïdes et une essence aromatique.

 

Usages

La carotte possède une forte proportion de provitamine A, ou carotène, qui en fait un aliment-médicament des plus intéressants. Elle est indiquée pour accélérer la croissance,élever la résistance aux infections, atténuer les troubles visuels et améliorer l’épiderme.

Remède populaire par excellence de la jaunisse, La carotte est considérée depuis bien longtemps comme l’amie du foie. Elle possède aussi une action urinaire très marquée : on recommande le jus de carotte contre les calculs, les rhumatismes, la goutte.

En applications, la pulpe fraîche se montre efficace contre diverses affections cutanées. Elle rajeunit la peau et atténue les taches qui apparaissent avec l’âge.

Les fruits de carotte ont les propriétés apéritives, digestives, carminatives et galactogènes des autres ombellifères.

 

Utilisation interne

Pour toutes ses qualités, il est indispensable de mettre souvent la carotte au menue, soit crue et râpée, soit apprêtée en diverses préparations culinaires ! Jus de carottes extrait au mixeur : absorber environ 100 g le matin à jeun.

 

Sources : La boîte à secrets des PLANTES MEDICINALES - LAROUSSE

 

Romarin (Rosmarinus officinalis)

Romarin:

Son nom du latin ros « rosée » et marinus, «marin », signale que le romarin, plante méditerranéenne, ne s’éloigne jamais beaucoup du littoral.

 

Constituant

Les sommités fleuries renferment une essence aromatique riche en camphre, en cinéole et en alpha pinène, ainsi que des flavonoïdes, des tanins, des diterpènes et des acides phénols.

 

Usages

On reconnaît au romarin une action stimulante. Son effet tonifiant sur le foie et la fonction biliaire est réputé. On l’utilise donc dans de nombreuses affections : congestion du foie et inflammation de la vésicule biliaire, paresse d’estomac, surmenage physique et intellectuel, asthénie. Le romarin possède d’intéressantes propriétés antioxydantes. Il permet de réduire l’action destructrice des radicaux libres. Il présente aussi un effet anti-inflammatoire, grâce en particulier à l’acide rosmarinique.

Il entre dans des lotions capillaires destinées à favoriser la repousse ou l’entretien de la chevelure, en stimulant l’irrigation du cuir chevelu, et dans la formule des eaux de Cologne.

 

Utilisation interne

Infusion : 20 à 30g de sommités fleuries par litre d’eau bouillante.Vin : faire macérer pendant 3 jours 30 à 60g par litre de bon vin. Prendre 2 ou 3 verres à bordeaux par jour.

 

Utilisation externe

Lotion capillaire : 60g de romarin, 60g de racine de bardane et 60g de racine d’ortie, à faire macérer 15 jours dans 1 litre d’alcool. Frictionner chaque soir le cuir chevelu avec la lotion.

Thym (Thymus vulgaris)

Thym:

Spontané sur les coteaux arides du Midi ou cultivé dans les jardins, le thym est avant tout un condiment indispensable dans la cuisine de nos jours.

 

Constituants

La plante renferme une essence aromatique de composition variable suivant le chémotype considéré. Suivant les cas domine le thymol, le linalol ou le géraniol.

 

Usages

Le thym est un tonique et un antispasmodique qui facilite la digestion tout en calmant les contractions nerveuses de l’estomac et de l’intestin. Il chasse les gaz, empêche les fermentations et de plus, stimule l’appétit.

Excellent antiseptique, le thym active toutes les fonctions de désintoxication,, favorise la transpiration et la diurèse, et se recommande chaque fois qu’il est bon de favoriser l’élimination des toxines de l’organisme (grippe, rhumatismes, excès alimentaires).

C’est un stimulant qui a la réputation d’exciter les fonctions cérébrales, à la manière du thé.

Le thym est aussi un bon dentifrice, fortifiant les gencives, désinfectant de l’haleine, préventif des caries.


 

Utilisation interne

Infusion : 20 à 30 g de plante par litre d’eau bouillante, dont on prendra 3 ou 4 tasses par jour. A la dose de 50g, l’infusion se montre plus excitante. Sirop : faire dissoudre 175g de miel dans 10 cl d’infusion chaude, contre la toux. On peut remplacer son dentifrice habituel plusieurs fois par semaine par du thym sec pulvérisé, dont on imprègne la brosse.

 

Sources : La boîte à secrets des PLANTES MEDICINALES - LAROUSSE

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site